Laura Garcia Vitoria

Territorios del conocimiento/Territoires de la connaissance Sociedad del conocimiento/Société de la connaissance : les regards sur l'identité personnelle et professionnelle dans la société de la connaissance

10/22/2011

LE MONDE COMME LABORATOIRE

UNE NOUVELLE COOPERATION PLANETAIRE
Pour une reprise économique basée sur l’innovation de rupture et le développement de territoires de la connaissance, par André Jean Marc Loechel
La thématique de la reprise économique évoquée par le G20 les 3 et 4 novembre ne trouvera de réponse pertinente sans aborder les outils que nous fournit à cet égard l’innovation de rupture et ceci à l’échelle de l’ensemble des pays représentés à Cannes.
C’est la raison pour laquelle la Fondation des Territoires de Demain a estimé judicieux d’évoquer dans sa dernière note les possibilités d’une vraie reprise du développement économique: une stratégie concertée pour accompagner - dans les divers pays et au travers des flux de savoirs qui les relieront de plus en plus - une véritable innovation de rupture.
Au travers d’exemples internationaux concrets, il s’agira successivement d’évoquer:
- le développement des écosystèmes de l’innovation
- le développement de laboratoires d’usages au sein des entreprises et des institutions, à l’échelle des villes et des régions
- les métiers et formations de demain et la genèse de nouvelles intitutions cognitives.
La Fondation des Territoires de Demain a ainsi pour objectif l’accompagnement des acteurs économiques et territoriaux dans la définition et l’appui apporté à la formulation et à la mise en œuvre de toutes les stratégies d’innovation de ouverte et de rupture. De nombreux chantiers s’ouvrent aujourd’hui à nous, tel que celui du RELAI, le RésEau français des Living labs et des Espaces de l’Innovation - tout nouvellement créé au Conseil Economique, Social et Environnemental à Paris le 1er juillet dernier -. Quelques autres exemples :
1 - La co-construction d’un futur territorial
Il n'est plus question de penser le développement economique territorial sans prise en considération du futur perçu,  pense et imagine par les divers acteurs du territoire et bien évidemment les habitants. Dans un contexte ou les incertitudes de toutes natures apparaissent fortes, les formulations décisionnelles habituelles paraissent privées de tout sens sans qu'apparaissent clairement les objectifs communs d'amenagement et les services qui incarneront les priorités pour l'avenir. Cet avenir ainsi débattu se nourrira évidemment notamment des bonnes pratiques vues ailleurs et des autres manières de penser le futur dans d'autres horizons culturels.
     
2 - La définition d’une stratégie prospective offrant un cadre d’action aux équipes municipales et territoriales
Les cadres d'action traditionnels à l'échelle des collectivités territoriales ont bel et bien vécus, ils se voient remplacés au fur et à mesure par des interactions avec les bases de données auxquelles chacun aura bien sûr accès, mais aussi et surtout par des applications développées la plupart du temps à l'échelle locale par de petites entreprises dédiées et qui permettront d'agencer autrement les outils de décision. L'ouverture des données à l'échelle du territoire rencontre ainsi tous les dispositifs nés des écosystèmes des réseaux sociaux et c’est là que précisément la Fondation accompagne les rélexions sur une intégration des données permettant aux acteurs des territoires de disposer à l’avenir de véritables outils décistionnels s’appuyant sur la consolidation de toutes les données non structurées.
3 - La création d’espaces de l’innovation, de laboratoires d’usages et leur animation
Le territoire de demain est jalonné et maillé par des espaces de l’innovation qui de plus en plus permettront à tous non une participation passablement fictive à la prise de décision, en tout cas limitée souvent à des échanges virtuels, mais une attitude réactive et pro-active basée sur les savoirs et les informations préalables nécessaires: bonnes pratiques d’ailleurs, futurs produits, services innovants. Affirmer que le territoire de demain est un territoire de la connaissance suppose des cartographies de compétences et le partage de connaissances où les rencontres au sein des Living Labs et autres espaces d’usages et d’expérimentation se verront prolongés sur les outils de la mobilité de chacun.
4 - L’organisation de laboratoires de l’innovation au sein des collectivités et des entreprises
Si les espaces de l’innovation caractériseront des démarches comme celles visant à la création de véritables quartiers de la connaissance comme celui de Poblenou à Barcelone, d’autres espaces de même nature se démultiplieront dans les années à venir au sein des services des entreprises et des collectivités locales. Là encore s’achève le temps de décisions plus ou moins aveugles basées sur des maquettes ou des représentations 3D de projets, commence celui des systèmes de représentation enrichis où sont les vecteurs d’impact, les informations sur les activités du lieu… sont intégrés aux documents de référence, eux-mêmes destinés à être diffusés au plus grand nombre : un Laboratoire vivant est d’abord un formidable outil de transparence de la gestion municipale et c’est bien pourquoi la Fondation, mais aussi de plus en plus de décideurs territoriaux souhaitent s’appuyer sur de telles démarches.
5 - L’accompagnement des habitants au sein de stratégies d’association aux projets des collectivités territoriales
Au-delà même des espaces dédiés, de nouveaux horizons s’ouvrent à l’accompagnement des habitants perçus d’abord comme membres de communités de connaissances, et ceci naturellement quels que soient les domaines de son activité et les savoirs qu’ils auront acquis tout au long de leur existence. Il s’agit de veiller à ce qu’une ville ou un quartier soit d’abord perçu comme un espace de flux d’informations et de savoirs dont la mise à jour - en termes quasiment de formation tout au long de la vie - revient d’abord aux responsables territoriaux. Il en sera de même de l’adéquation de ces connaissances avec celles requises par les métiers dont le territoire aura besoin dans un avenir plus ou moins proche, ne serait-ce que pour éviter la délocalisation de certaines de ses activités.
6 - La mise en synergie des acteurs de l’innovation
La collaboration au sein des processus d’innovation ouverte se voit évoquée sans cesse, mais on sait bien que la mise en œuvre des synergies que cela suppose oblige à se détacher des traditionnelles catégorisations de connaissances qui sont les nôtres - pour le moins dans une bonne partie de l’Europe - depuis bien lontemps (un millénaire et demi, nous disent certains historiens…). Les réseaux d’acteurs de l’innovation - et tout particulièrement tous ceux qui assurent l’animation et la promotion des espaces dédiés à l’innovation de rupture - constituent donc un élément clef des cartographies territoriales de demain. Le 1er juillet 2011 est ainsi né au Conseil Economique, Social et Environnemental à Paris, sous l’égide de la Fondation, le RELAI, le RésEau francais des Living labs et des espAces de l’Innovation.
7 - La mise en œuvre d’une polarisation territoriale des compétences
L'attractivité à l'égard des savoirs et des compétences est l'objectif majeur du territoire de demain, c'est la raison première des stratégies d'aménagement - et bien évidemment notamment d'aménagement - et de nombreux vecteurs facilitent une telle attractivité. Il s'agit là de l'une des propositions d'accompagnement des territoires par la Fondation, mais aussi de l'accompagnement des entreprises afin de créer les viviers de compétences nécessaires à leur développement, mais aussi de revisiter avec elles de nouveaux modes de relations avec les acteurs territoriaux afin que ceux-ci soient à ses côtes notamment dans la création de marchés internationaux.
8 - La création et la gestion de réseaux locaux d’innovation
Seule la gestion de l’identité territoriale et des diverses formes qu’elle peut prendre permet d’inscrire pleinement l’innovation comme marqueur de l’image du territoire. Les réseaux locaux entre les acteurs de l’innovation se doit donc d’intégrer tous ceux qui se trouvent être porteurs d’éléments d’identités, et singulièrement les acteurs culturels et sociaux. Ceci s’avère particulièrement important au sein des plate-formes virtuelles d’échanges informationnels locaux. La connaissance du passé et du patrimoine d’une région constitue ainsi - de manière parfois paradoxales aux yeux de certains responsables - un remarquale levier pour générer de nouvelles pratiques et participer aux mutations de l’horizon culturel local : la Fondation accompagne largement de tels processus et aide souvent à en anticiper divers aspects.
9 - La création de quartiers des savoirs
Créer de nouveaux quartiers dédiés largement à l'acquisition, à l'échange et à l'utilisation des nouveaux savoirs est l'enjeu des années à venir. Il s'agit en effet ici de permettre le rapprochement des compétences et de favoriser la création d'entreprises innovantes en réseau qui ont besoin au quotidien de la proximité de savoirs complémentaires, mais également d'institutions cognitives nouvelles dédiées à la construction de nouvelles connaissances, mais aussi à la formation des collaborateurs présents et futurs dans des secteurs donnés.
10 - L’accompagnement des clusters et des pôles de compétitivité
De la grappe d'entreprises aux clusters, les échanges entre entreprises constituent très probablement le domaine où les "fondamentaux" ont le plus changé, d'abord du fait même de la mutation forte du fonctionnement même des entreprises, mais aussi du fait des changements dans leurs rapports induits par un fonctionnement en réseau. Les conséquences de tels changements constituent une nouveauté absolue pour la gestion du développement économique territorial et là encore la Fondation se doit d'apporter une aide en termes de quasi-changement des paradigmes des actions mises en oeuvre.
11 - La création de cartographies de compétences
Les territoires manquent souvent d'outils pertinents pour une vraie gestion d'une économie locale de la connaissance et une cartographie - même sommaire - des compétences disponibles localement en constitue l'élément central. Impossible en effet l'imaginer le quotidien d'une ville ou d'un quartier sans mettre d'abord à contribution les savoirs et savoirs-faire existants d'une part et sans surtout moduler sa vie, événementielle notamment, sans avoir à l'esprit son objectif premier, à savoir attirer les compétences dont un territoire ne dispose pas encore. Dans bien des cas, tout le calendrier de la vie urbaine s'avère être à être complémentement reconstruit dans une telle optique.
12 - L’accompagnement des entités économiques territoriales
Toutes les entités, organismes et toutes les institutions et structures déployées à l'échelle d'un territoire sont autant de données précieuses pour son développement. Pour cela, la collectivité territoriale doit créer les architectures relationnelles indispensables à une meilleure lecture de leurs activités et à une réelle interactivité avec les actions de développement qu'elle mène et dont en fait ces entités sont souvent fort éloignées, parce qu'elles les connaissent peu et surtout parce qu'elles estiment - à tort la plupart du temps - en être fort éloignées. De nouvelles règles du jeu apparaissent aujourd'hui ici et là et il apparait important que les collectivités s'inspirent d'un certain nombre de nouvelles pratiques en la matière.
13 - L’aide à l’échange d’expertises à travers la coopération décentralisée
Au coeur de la vie territoriale, s'inscrivent aujourd'hui toutes leurs interactions à des niveaux souvent très différents. La cooperation décentralisée est ainsi destinée demain à devenir un axe majeur de développement dans la mesure même où la polarisation des compétences ici évoquée ne saurait constituer à elle seule un objectif, si les stratégies qui la portent ne se voient pas accompagnées par une mise en réseau systématique. Or, c'est la précisément ce que permet la coopération décentralisée. Un autre apport majeur est l'échange d'expertises qui doit en tout premier lieu la caractériser et en constituer l'essence même, une occasion pour les collectivités locales d'être reconnues précisément pour ces expertises et en faire état dans le contexte de ses relations avec les entités étatiques et evidemment les appels d'offres auxquels elles se présente.
14 - L’aide au développement économique  des pays en développement et aux échanges avec les pays émergents
Les relations avec les territoires en voie de développement ou en voie d'émergence apparaissent souvent bien pauvres dans leur conception et dans la formulation de la démarche globale. D'abord parce que, là encore, il s'agit bien d'échanges d'analyses et d'apports réciproques concrets et ensuite parce qu’elles ne seront réellement comprises de part et d'autre que si elles se trouvent rapprochées des activités relatives à un véritable développement économique dont les résultats auront fait l’objet de réelles évaluations. Les dynamiques régionales - bien plus que les synergies avec les instances étatiques - s’avèrent souvent capables de créer de véritables chocs aussi bien dans leurs réflexions que dans leurs actions réciproques et c’est là la raison pour laquelle la Fondation œuvre à les positionner au cœur des stratégies de développement dont seules les collectivités territoriales assurent souvent le succès.
15 - La communication internationale sur les réalisations territoriales en matière d’innovation à des fins d’attractivité, de marketing territorial et de définition des images de territoire innovant
La rupture dans les pratiques communicationelles territoriales n’a souvent pas été suivie des résultats attendus, à force de viser à intégrer des pratiques peu pertinentes aux réseaux sociaux ou encore à développer des pratiques de micro-bloging sans une véritable audience… La Fondation accompagne les changements dans la communication des collectivités au travers de l’analyse de certaines démarches particulièrement réussies et en les déclinant surtout à l’aune des attentes des acteurs du territoire.
16 - L’organisation régulière de séminaires de définition de l’intelligence économique du territoire
Régions et collectivités territoriales ont à guider l’intégralité des actions dans le domaine de l’intelligence économique certes, mais également des formes multiples que peut prendre l’intelligence territoriale. Pour accompagner des démarches autonomes en la matière, il leur est nécessaire de se positionner là encore au travers d’une vraie visibilité sur les résultats obtenus en la matière par d’autres, en pleine cohérence surtout avec toutes les autres spécificités de leurs démarches.
17 - L’accompagnement des acteurs culturels dans la gestion de l’identité territoriale
L’accompagnement des acteurs culturels par les collectivités s’avère bien souvent éloignée des apports technologiques à la disposition d’un nombre de plus en plus grand d’habitants, dans le domaine tout particulièrement des outils de la mobilité et des possibilités notamment offertes par la géolocalisation et la réalité augmentée. Une succession d’œuvres accrochées à des murs est ainsi vécue par un nombre de plus en plus importants de visiteurs comme ne répondant en rien à leurs attentes en matière de curiosité et d’accompagnement à la réflexion et au partage des connaissances. La Fondation accompagne événements et manifestations en les situant dans de nouveaux modèles économiques et de nouveaux cadres conceptuels aidant à la déclinaison de nouvelles formes de tourisme de la mémoire et de la connaissance.
18 - La formation et l’accompagnement des élus locaux et des responsables territoriaux
La formation apportée aux élus territoriaux constitue une activité centrale pour la Fondation. Celle-ci prend des formes extrêmement diverses, qu’il s’agisse d’initiation proprement dite à certaines pratiques et formes de gestion de programmes, d’accompagnements cognitifs, de participation à des expériences et à des usages d’outils nouveaux ou de manière générale à des entretiens visant à esquisser des états des lieux dans divers domaines d’intervention.
19 - La mise à disposition des bonnes pratiques européennes et internationales
L’omi-présence des multiples aspects de l’économie informationnelle n’a pas empêché la réalité d’un manque souvent total de visibilité pour des acteurs accaparés par une succession de réunion, la participation à des manifestations publiques ou encore les entretiens avec les habitants. La Fondation propose à cet égard un accompagnement également sur le long terme, le temps de l’élaboration ou du suivi d’un projet par exemple.
20 - L’aide à la gestion des fonds européens et des dispositifs d’aide à l’innovation
C’est souvent la multiplicité des dispositifs et des fonds disponibles qui explique les difficultés de la mise en place de programmes dont la complexité se voit ainsi confortée. Les divers domaines de l’innovation économique et technologique illustrent tout particulièrement cette difficulté. Des séminaires réguliers sont à cet égard organisés pour tous les acteurs accompagnés par la Fondation.
21 - Le montage des projets européens et l’accompagnement dans les démarches auprès des institutions européennes
Des réunions se tiennent régulièrement à Bruxelles aussi bien qu’à Luxembourg qui ont pour objet de diffuser toutes informations sur les nouveaux appels, mais aussi et surtout en vue de rencontrer les responsables de la Commission dans les domaines qui concernent tous particulièrement les acteurs territoriaux qui se voient ainsi accompagnés dans les entretiens et conseillés dans leur préparation par des collaborateurs de la Fondation.
22 - L’organisation de missions d’études et de Living Labs immersifs pour les décideurs locaux et leur formation continue
Les Living Labs immersifs offrent régulièrement l’occasion de se familariser avec les réalisations, les expérimentations et les nouveaux services proposés à l’échelle européenne et internationale par des collectivités territoriales particulièrement innovantes, du parc-bibliothèque aux galeries commerciales de ventes d’entreprises, des cours de robotique pour de très jeunes enfants aux espaces d’analyse de la migration d’oiseaux utilisés pour des rencontres entre responsables d’entreprises…
23 - La création de réseaux sociaux locaux
A la suite du réseau social des Territoires de Demain, la gestion des projets et la mise en relation d’acteurs territoriaux ayant en commun les mêmes problématiques et contraintes constitue une priorité pour la Fondation. Une équipe a donc été tout particulièrement chargée de la création de tels réseaux à l’échelle des territoires et des réseaux d’élus, avec pour mission surtout d’intégrer de tels réseaux dans les écosystèmes informationnels déjà existants.
24 - La mise en place d’outils d’aide à la décision dans le cadre de l’accompagnement des élus et responsables dans l’administration des projets
Une application iphone des Territoires de Demain est naturellement à la disposition des décideurs territoriaux - téléchargeable gratuitement sur iTunes -, mais aussi de tous ceux qui partagent un intérêt pour leur territoire, mais aussi les questions de prospective territoriale de manière générale. De prochaines versions ont tout particulièrement pour objet d’agencer sur ces questions des dispositifs de mise à disposition d’informations précises au bon moment et au bon endroit.
25 - La gestion de l’expertise du territoire au sein des flux internationaux de connaissances.
Il n’est plus guère envisageable de penser le territoire autrement qu’à travers tout un ensemble de flux de connaissances dont le territoire va être marqué en termes notamment d’attractivité et d’emplois disponibles. Au-delà des réseaux de lieux de savoirs et d’innovation, ce sont ainsi des secteurs entiers qui voient apparaître des domaines spécifiques - tels que le tourisme de la connaissance - qui dans les années à venir s’apprêtent à modeler de nouveaux métiers et de nouvelles formations, métiers et formations qui seront autant d’outils majeurs entre les mains des collectivités locales.
Source: Blog villesnumeriques
Vidéo: http://www.dailymotion.com/video/k4muuXNjbDt6yZ2uD08

Links to this post:

Créer un lien

<< Home