Laura Garcia Vitoria

Territorios del conocimiento/Territoires de la connaissance Sociedad del conocimiento/Société de la connaissance : les regards sur l'identité personnelle et professionnelle dans la société de la connaissance

6/29/2008

Un argument dominical en dix points

Je vous livre ici mes nouveaux échanges dans une liste de diffusion relatifs à mon dernier billet:
--------------------------------------------------------------------

Merci cher ami,

1. Nous sommes sur les mêmes voi(es) de « recherche », mais nous ne sommes pas tout à fait sur les mêmes longueurs d’ondes pour ce qui est de tes exemples. Revisiter l’an mille et sa grammaire des peurs ne saurait nous exempter des conséquences sur nos manières d’être et de penser !
2. Ainsi, je ne pense pas du tout que l’héritage de Dioclétien soit celui que tu lui prêtes, entre recherche de l’unité et gestion (plus au moins réussie…) de la diversité.
3. Pour ce qui est de Constantin, j’en retiens quant à moi l’homme du rêve (regardes la fresque de Piero della Francesca !).
4. En ce qui concerne Calvin, son modèle de « gouvernance » me semble pour le moins ambigu (ses années à Genève, chacun le sait, n’en font pas un modèle de tolérance !).
5. Tu parles d’économie de la connaissance - j’en suis heureuse -, mais il est un mot difficile à prononcer à cet égard : celui d’ignorance ! Le meilleur exemple en est la perception faussée de l’Europe par nos compatriotes : elle relève plus des tabloïdes anglo-saxons que d’un débat digne de ce nom.
6. La société en réseau nous renvoie aux contemporains de Gutenberg : contemples les réseau des nos amis « humanistes », érasmiens notamment, regardes leurs correspondants des Pays Bas, leurs modèles et leurs références (ceux qui peuvent paraître les plus contestables sont parmi les exemples les plus pertinents aujourd’hui, tels que les héritiers de la « devotio moderna»).
7. Tu parles de Louis XIV à une espagnole pour laquelle - comme tu le sais - la transmission de modèle de cour développe des avatars encore contemporains depuis 1981… ! La compétitivité par ailleurs suppose l’excellence : encore un mot banni dans la vulgate de ceux-ci !
8. La créativité (dite « culturelle » lorsqu’elle ne l’est pas) est un concept qui aurait besoin d’une vraie cure de jouvence, tant elle se vautre dans l’immédiateté la plus inconvenante.
9. En matière de partage : ceux qui en parlent, souvent, ne passent guère aux travaux pratiques, sauf au sens de leurs propres cercles de connivence.
10. Ce qui tu appelle en conclusion «l'harmonie de l'incertitude » ne rencontre gère le modèle asiatique que tu évoques par ailleurs : le « reproche » fait aux occidentaux aujourd’hui sur une grand partie de la planète est de ne plus croire à rien, en commençant par leurs propres rhétoriques vides de toute réalité. Le comble, lorsque ont se souvient que c’était tout le contraire sur lequel on nous tançait. Nous sommes donc passés d’une société des certitudes à un monde où l’incertitude est une réalité que nous entretenons à loisir, quitte à nous reprocher celles qui nous restent.

Tout ceci, je l’espère, ne relève pas seulement de propos dominicaux, mais aussi d’une suggestion : que nous contribuons à arrêter ensemble la rhétorique dévastatrice de ceux qui se référent au seul passé qu’ils n’aient jamais connu (le leur) pour évoquer l’horizon de 2030.

Bien Amicalement à tous

Laura Garcia Vitoria
---------------------------------------------------------

Message d’origine (Envoyé: samedi 28 juin 2008 16:35)

Merci Laura
Enfin un article... ;-))
1. La France, malgré les constituants de 178, a engendré un système Centralisé Hiérarchique et fondamentalement patriarcal directement hérité de l'Empire Romain de Dioclétien et Constantin.
2. De l'Autre Côte de l'Océan, l'esprit de l'élection Calviniste et de la transcendance de l'homme universel qui a fondé l'esprit de la constitution Américaine - au delà de Toqueville - continue - malgré son pendant individualiste - de s'étendre sur la planète entière comme plus adapté à l'incertitude dominante actuelle.
En gros chacun pour soi... pour dire les choses simplement.
Le consumérisme généralisé - et la domination de la culture de Service et de la valeur d'usage - devient depuis 1995 un modèle de pensée unique. [- date de sortie du One 2 One Manager - ouvrage fondateur de Don Peppers - 20 Millions d'exemplaires dans le monde entier source du CRM - ]. La conséquence est énorme pour les Services Publics... qui du Tout EGALITE doivent passer à la compréhension du besoin de chacun et à l'excellence du Service Individuel... et mutualisé (Guichet Unique). A fortiori quand les finances manquent.
3. Les deux systèmes l'un hiérarchique descendant. L'autre bottom up se percutent donc. Et le Oui à l'Europe ou le Non étaient l'expression de ce débat [ Oui, on progresse en marchant dans l'incertitude de notre devenir.
4. L'incertitude d'un monde desinstitutionnalisé , manquant de repères, insecurisé , induit une quête de sens sans précedent (ou égale à celle du bas moyen âge au tournant de l'an 1000)
5. La capacite à Etre, à se differencier, à se definir selon les flux et la corolaire mobilité et non plus selon les appareils et les structures, devient la clé de la competitivite pour tous. Entreprises et Administrations.
6. Le mode technologique a rendu les frontières caduques, et à la desinstitutionnalisation du concept de Nation, a substitué celui de communauté et de pluralité des identités
7. Le monde est en reseau et le savoir - contrairement à l'epoque de Guttenberg que nouis revivons quelque peu - est devenu universel et nul ne peut pretendre dorénanvant le detenir
8. Le challenge de la France à l'heure de la société de la compétitivité et de l'économie de la connaissance est de se débarrasser de sa compréhension rationnaliste et hiérarchique du monde. La France est handicapée du XXVIII ème - orpheline de Louis XIV et bien plus encore de Louis XVI.
9. La société est en réseau , les identités sont devenues multiples et la société de la connaissance doit devenir la grammaire de touit citoyen du XXI siècle. Il s'agit simplement de réapprendre le monde comme on a massivement appris à lire du temps de Jules Ferry.
10. Tels sont les enjeux urgents de la société contemporaine... Eh bien !!! Combien de generations faudra t il encore pour que nos elus comprennent que notre challenge est de comprendre la logique de l'ouverture, du partage compétitif.
Les Indiens et les Chinois sont bien plus forts que nous en ce fait qu'ils savent que la mort n'est pas une fin. Mais simplement le début d'une renaissnace. Cela permet toute les formes de risque, toutes les formes d'innovation et de rebondir sur les échecs.
Nous avons encore une avance de créativite technologique qui fait notre competitivité
Pour combien de temps encore ?
Bravo donc Laura pour ton article.
Bien Amicalement à tous
XXX

Links to this post:

Créer un lien

<< Home