Laura Garcia Vitoria

Territorios del conocimiento/Territoires de la connaissance Sociedad del conocimiento/Société de la connaissance : les regards sur l'identité personnelle et professionnelle dans la société de la connaissance

5/24/2017

Escueta evocación de “Un misterio eutrapelístico aristotélico y tomístico”


“Un misterio eutrapelístico aristotélico y tomístico”
Las virtudes éticas más importantes según Aristóteles son: la fortaleza, la templanza, la justicia.
  • La templanza es el Punto medio entre el libertinaje y la insensibilidad. Consiste en la virtud de la moderación frente a los placeres y las penalidades.
  • La valentía es el punto medio entre el miedo y la temeridad.
  • La generosidad es el punto medio entre el uso y posesión de los bienes. La prodigalidad es su exceso y la avaricia su defecto.
Prudencia: el hombre prudente es aquel que puede reconocer el punto medio en cada situación. Cuando uno hace algo virtuoso, la acción es buena de por sí. La prudencia no es ni ciencia ni praxis, es una virtud.
La definición tradicional de justicia consiste en dar a cada uno lo que es debido. Según Aristóteles, existen dos clases de justicia:
  •  La justicia distributiva, que consiste en distribuir las ventajas y desventajas que corresponden a cada miembro de una sociedad, según su mérito.
  •  La justicia conmutativa, que restaura la igualdad perdida, dañada o violada, a través de una retribución o reparación regulada por un contrato.
Aristóteles considera que el fin que busca el hombre es la felicidad, que consiste en la vida contemplativa. La ética desemboca en la política. Aristóteles concibe al Estado como una comunidad de iguales que aspira a la mejor vida posible; una especie de ser natural que no surja como fruto de un pacto o acuerdo, sino que tiene sus raíces en la naturaleza de las cosas. El hombre es un animal social («zoon politikon») que desarrolla sus fines en el seno de una comunidad. La política del hombre se explica por su capacidad del lenguaje, único instrumento capaz de crear una memoria colectiva y un conjunto de leyes que diferencia lo permitido de lo prohibido.

Aristóteles expuso en la Política la teoría clásica de las formas de gobierno, la misma que sin grandes cambios fue retomada por diversos autores en los siglos siguientes.
La célebre teoría de las seis formas de gobierno se basa en el fin del régimen político (bien común o bien particular). Los regímenes políticos que buscan el bien común (puros) son:
  •  Si gobierna una sola persona: monarquía
  •  Si gobiernan pocas personas: aristocracia
  •  Si gobiernan muchas personas: democracia

Y las degradaciones de estos regímenes políticos se traducen en:
  •   La degradación de la monarquía es la tiranía
  • La degradación de la aristocracia es la oligarquía
  •   La corrupción de la democracia es la demagogia

Santo Tomas (S.XIII),  tuvo en cuenta todos los pensamientos anteriores incluidos el de Averoes, la Escuela de Toledo (S.XII) tradujo los textos griegos y latinos desde la antigüedad que se habían traducido en árabe y retraducidos en latín. Así pues el cristianismo tomístico se enriqueció de las interrogaciones científicas de su época!

Este blog no recibira mas  articulos. En materia de actualidad pasar 
à https://technologiesdelaconnaissance.blogspot.fr/

5/13/2017

Mounir Mahjoubi, un député modèle pour un quartier du savoir

5/02/2017

Les principes essentiels de la Kabbale



Les principes essentiels de la Kabbale d’Isaac Luria, aboutit à un métaphysique immatérialiste et monadiste :
« Rien ne peut être créé à partir de rien. Et comme la matière ne peut être créée. Ni exister par soi en raison de la bassesse de sa nature. Où l’on tire la déduction qui est plutôt un fondement que nulle chose vile ne peut exister par soi. Il n’existe donc aucune matière dans la nature des choses. Tout ce qui est vraiment est Esprit. Mais cet esprit est incréé et éternel, intelligent, sensible, vital, se mouvant par soi, infini dans l’étendue et existant nécessairement par soi. Et par conséquent, cet esprit est l’essence divine. Et aucune essence autre que divine ne peut exister par soi. Comme, à la vérité, il n’existe aucune essence en dehors de celle-ci dans l’univers en vertu des axiomes 1, 2, 3, 8 et qu’il est clair qu’une chose (provient) de cette essence unique, par une action de division – il est évident que l’essence divine peut se diviser. Puisque l’essence divine existe vraiment, il existe d’innombrables particules individuelles, et qui peuvent s’étendre et s’étaler en des cercles de puissance et d’étendue infinies. Et puisque les grains de sable particuliers, les petits grains des pavés et les particules de l’air, de l’éther, etc., sont des parties de cette essence divine, il est tout aussi évident que ces dernières peuvent se réunir et se resserrer en particules extrêmement ténues. De l’assemblage de ces particules est formé le monde qu’on appelle matériel bien qu’il soit en réalité spirituel, formé assurément d’esprits en particules divisées de l’essence divine, contractées et ramassées en monades ou points physiques.  Cette contraction est l’état de sommeil ou d’engourdissement pour ces particules divines – leur expansion, l’état de réveil. Il y a différents degrés de réveil, à savoir : dans la vie végétative, sensitive, rationnelle… ; bien plus enfin se font le réveil et l’expansion, dans un cercle d’amplitude et de puissance infinies, jusqu’à ce que cette parcelle divine en cet esprit particulier puisse se construire un Monde formé de terre, d’eau, d’air, de ciel et des autres parties. Et, par conséquent, cet Esprit particulier peut – à partir de l’exemple de la fine poussière de marbre – devenir la plante, à partir de la plante l’animal, de l’animal l’homme, de l’homme l’ange, enfin le Dieu créateur d’une nouvelle Terre et d’un nouveau Ciel. Et on peut dire de même à propos des particules individuelles de l’essence divine, qu’il est nécessaire qu’elles soient ou bien toutes séparables sans doute, ou encore qu’elles puissent être des Dieux créateurs des terres et des cieux, ce qui est cela même qu’un enfant, par une nuit blanche dans les écoles, interrogé par moi sur le point de savoir s’il croyait à un Dieu unique, me répondit en souriant qu’il croyait à l’existence d’un grand nombre de Dieux, distincts les uns des autres »

Axiomes alchimiques

  • 1.     Tout ce qu’on peut accomplir par une méthode simple ne doit pas être essayé par une méthode compliquée. Il n’y a qu’une seule Vérité dont l’existence n’a pas besoin de preuve, parce qu’elle est elle-même sa propre preuve pour ceux qui sont à même de la percevoir. Pourquoi se servir de la complexité pour chercher ce qui est simple ? Les sages disent : “Ignis et Azoth tibi sufficiunt”. Le corps est déjà en votre possession. Tout ce qu’il vous faut, c’est le Feu et l’Air.
  • 2.     Nulle substance ne peut être rendue parfaite sans une longue souffrance. Grande est l’erreur de ceux qui s’imaginent que la pierre des philosophes peut être durcie sans avoir été préalablement dissoute; leur temps et leur travail sont perdus.
  • 3.     La nature doit être aidée par l’art toutes les fois qu’elle manque de force. L’art peut servir la nature, mais non la supplanter. L’art sans la nature est toujours anti-naturel. La nature sans l’art n’est pas toujours parfaite.
  • 4.     La nature ne peut être améliorée qu’en elle-même. La nature d’un arbre ne peut pas être changée par l’arrangement des branches, ni par l’addition d’ornements ; il ne peut être amélioré qu’en perfectionnant le sol sur lequel il croît, ou par la greffe.
  • 5.     La nature use de la nature, la comprend et la vainc. Il n’y a point d’autre connaissance que la connaissance de soi-même. Tout être ne peut réaliser vraiment que sa propre existence, mais non celle d’un élément qui lui est totalement étranger.
  • 6.     Celui qui ne connaît pas le mouvement ne connaît pas la nature. La nature est le produit du mouvement. Au moment où le mouvement éternel cesserait, la nature entière cesserait d’exister. Celui qui ne connaît pas les mouvements qui se produisent dans son corps est un étranger dans sa propre maison.
  • 7.     Tout ce qui produit un effet pareil à celui produit par un élément composé est également un composé. L’Un est plus grand que tous les autres nombres, car il a produit l’infinie variété des grandeurs mathématiques ; mais nul changement n’est possible sans la présence de l’Un qui pénètre toutes choses, et dont les facultés sont présentes dans ses manifestations.
  • 8.     Rien ne peut passer d’un extrême à l’autre sauf à l’aide d’un moyen. Un animal ne peut pas arriver au céleste avant d’avoir passé par l’homme. Ce qui est antinaturel doit devenir naturel avant que sa nature puisse devenir spirituelle.
  • 9.     Les métaux ne peuvent pas se changer en d’autres métaux avant d’avoir été réduits à la prima materia. La volonté propre, opposée à la volonté divine, doit cesser d’être pour que la volonté divine puisse envahir le cœur. Nous devons nous dépouiller de toute sophistication, devenir semblables à des enfants, pour que la parole de sagesse puisse retentir dans notre esprit.
  • 10.  Ce qui n’est pas mûr doit être aidé par ce qui est parvenu à maturité. Ainsi commencera la fermentation. La loi de l’induction régit toutes les régions de la nature.
  • 11.  Dans la calcination, le corps ne se réduit pas, mais il augmente de quantité. Le véritable ascétisme consiste à abandonner ce dont on n’a pas besoin, lorsqu’on a reçu quelque chose de meilleur.
  • 12.  Dans l’alchimie, rien ne porte de fruit sans avoir été préalablement mortifié. La lumière ne peut pas luire à travers la matière, si la matière n’est pas devenue assez subtile pour laisser passer les rayons.
  • 13.  Ce qui tue produit la vie ; ce qui cause la mort amène la résurrection ; ce qui détruit crée.
  • 14.  Rien ne sort de rien. La création d’une forme nouvelle à pour condition la transformation de l’ancienne.
  • 15.  Tout ce qui renferme une semence peut être augmenté, mais point sans l’aide de la nature. Ce n’est qu’au moyen de la graine que le fruit portant des graines plus nombreuses vient à la vie.
  • 16.  Toute chose se multiplie et s’augmente au moyen d’un principe masculin et d’un principe féminin. La matière ne produit rien si elle n’est pénétrée par la force. La nature ne crée rien si elle n’est imprégnée par l’esprit. La pensée reste improductive si elle n’est rendue active par la volonté.
  • 17.  La faculté de tout germe est de s’unir à tout ce qui fait partie de son royaume. Tout être dans la nature est attiré par sa propre nature représentée dans d’autres êtres. Les couleurs et les sons de nature semblable forment des accords harmonieux ; les substances qui ont des rapports les unes avec les autres peuvent se combiner ; les animaux de la même espèce s’associent entre eux, et les puissances spirituelles s’unissent aux germes avec lesquels elles ont de l’affinité.
  • 18.  Une matrice pure donne naissance à un fruit pur. Ce n’est que dans le sanctuaire le plus intime de l’âme que se révèlera le mystère de l’esprit.
  • 19.  Le feu et la chaleur ne peuvent être produits que par le mouvement. La stagnation, c’est la mort. La pierre jetée dans l’eau forme des cercles excentriques progressifs, qui sont produits par le mouvement. L’âme qui ne s’émeut pas ne peut point s’élever et se pétrifie.
  • 20.  Toute la méthode commence et finit par une seule méthode : la cuisson. Voici le grand arcane : c’est un esprit céleste descendant du soleil, de la lune et des étoiles, et qui est rendu parfait dans l’objet saturnien par une cuisson continuelle, jusqu’à ce qu’il ait atteint l’état de sublimation et la puissance nécessaires pour transformer les métaux vils en or. Cette opération s’accomplit par le Feu Hermétique. La séparation du subtil d’avec l’épais doit se faire avec soin, en ajoutant continuellement de l’eau ; car plus les matériaux sont terrestres, plus ils doivent être dilués et rendus mobiles. Continue cette méthode jusqu’à ce que l’âme séparée soit réunie au corps.
  • 21.  L’œuvre entière s’accomplit en employant uniquement de l’eau. C’est la même eau que celle sur laquelle se mouvait l’Esprit de Dieu dans le principe, lorsque les ténèbres étaient sur la face de l’abîme.
  • 22.  Toute chose doit retourner à ce qui l’a produite. Ce qui est terrestre vient de la terre ; ce qui appartient aux astres provient des astres ; ce qui est spirituel procède de l’Esprit et retourne à Dieu.
  • 23.  Où les vrais principes manquent, les résultats sont imparfaits. Les imitations ne sauraient donner des résultats purs. L’amour purement imaginaire, la sagesse comme la force purement imaginaire ne peuvent avoir d’effet que dans le royaume des illusions.
  • 24.  L’art commence où la nature cesse d’agir. L’art accomplit au moyen de la nature ce que la nature est incapable d’accomplir sans l’aide de l’art.
  • 25.  L’art hermétique ne s’atteint pas par une grande variété de méthodes. La Pierre est une. II n’y a qu’une seule vérité éternelle, immuable. Elle peut apparaître sous maints différents aspects : mais, dans ce cas, ce n’est pas la vérité qui change, c’est nous qui changeons notre mode de conception.
  • 26.  La substance qui sert à préparer l’Arcanum doit être pure, indestructible et incombustible. Elle doit être pure d’éléments matériels grossiers, inattaquable au doute et à l’épreuve du feu des passions.
  • 27.  Ne cherche pas le germe de la pierre des philosophes dans les éléments. C’est seulement au centre du fruit qu’on peut trouver le germe.
  • 28.  La substance de la pierre des philosophes est Mercurielle. Le sage la cherche dans le Mercure ; le fou cherche à la créer dans la vacuité de son propre cerveau.
  • 29.  Le germe des métaux se trouve dans les métaux, et les métaux naissent d’eux-mêmes. La croissance des métaux est très lente ; mais on peut la hâter en y ajoutant la Patience.
  • 30.  N’emploie que des métaux parfaits. Le Mercure imparfait, tel qu’on le trouve ordinairement dans certaines contrées de l’Europe, est tout à fait inutile pour cette œuvre. La sagesse du monde est folie aux yeux du Seigneur.
  • 31.  Ce qui est grossier et épais doit être rendu subtil et fin par calcination. Ceci est une opération très pénible et très lente, parce qu’elle est nécessaire pour arracher la racine même du mal ; elle fait saigner le cœur et gémir la nature torturée.
  • 32.  Le fondement de cet art consiste à réduire les Corpora en Argentum Vivum. C’est la Solutio Sulphuris Sapientium in Mercurio.Une science dépourvue de vie est une science morte ; une intelligence dépourvue de spiritualité n’est qu’une lumière fausse et empruntée.
  • 33.  Dans la Solution, le Dissolvant et la Dissolution doivent rester ensemble. Le Feu et l’Eau doivent être rendus aptes à se combiner. L’intelligence et l’amour doivent rester à jamais unis.
  • 34.  Si la semence n’est pas traitée par la chaleur et l’humidité, elle devient inutile. La froidure contracte le cœur et la sécheresse l’endurcit, mais le Feu de l’Amour Divin le dilate, et l’Eau de l’Intelligence dissout le résidu.
  • 35.  La terre ne produit nul fruit sans une humidité continue. Nulle révélation n’a lieu dans les ténèbres si ce n’est au moyen de la lumière.
  • 36.  L’Humectation a lieu par l’Eau, avec laquelle elle a beaucoup d’affinité. Le corps lui-même est un produit de la pensée, et a pour cette raison la plus grande affinité avec l’intelligence
  • 37.  Toute chose sèche tend naturellement à attirer l’humidité dont elle a besoin pour devenir complète en sa constitution. L’Un, de qui sont sorties toutes choses, est parfait ; et c’est pourquoi celles-ci renferment en elles-mêmes la tendance à la perfection et la possibilité d’y atteindre.
  • 38.  Une semence est inutile et impuissante, si elle n’est mise dans une Matrice appropriée. Une âme ne peut pas se développer et progresser sans un corps approprié, parce que c’est le corps physique qui fournit la matière nécessaire à son développement.
  • 39.  La chaleur active produit la couleur Noire dans ce qui est humide ; dans tout ce qui est sec, la couleur Blanche ; et, dans tout ce qui est blanc, la couleur Jaune. D’abord vient la Mortification, puis la Calcination, et ensuite l’éclat doré produit par la lumière du Feu Sacré qui illumine l’âme purifiée.
  • 40.  Le Feu doit être modéré, ininterrompu, lent, égal, humide, chaud, blanc, léger, embrassant toutes choses, renfermé, pénétrant, vivant, intarissable, et le seul employé par la nature. C’est le Feu qui descend des cieux pour bénir toute l’humanité.
  • 41.  Toutes les opérations doivent être faites dans un seul Vaisseau et sans le retirer du Feu. La substance employée pour la préparation de la Pierre des Philosophes doit être rassemblée en un seul lieu et ne doit pas être dispersée en plusieurs lieux. Quand une fois l’or a perdu son éclat, il est difficile de le lui rendre
  • 42.  Le Vaisseau doit être bien clos, en sorte que l’eau ne s’en échappe pas ; il doit être scellé hermétiquement, parce que, si l’esprit trouvait une fissure pour s’échapper, la force serait perdue : et en outre il doit être bien clos, afin que rien d’étranger et d’impur ne puisse s’introduire et s’y mélanger. II doit toujours y avoir à la porte du laboratoire une sentinelle armée d’un glaive flamboyant pour examiner tous les visiteurs, et renvoyer ceux qui ne sont pas dignes d’être admis.
  • 43.  N’ouvrez pas le Vaisseau avant que l’Humectation soit achevée. Si le Vaisseau est ouvert prématurément, la plus grande partie du travail est perdue.
  • 44.  Plus la Pierre est alimenté et nourrie, plus la volonté s’accroîtra. La sagesse divine est inépuisable ; seule est limitée la faculté de réceptivité de la forme.

4/15/2017

L'indécence de Fillon et l'affaire des costumes



Affaire des costumes: Bourgi assure que Fillon lui a demandé de "mentir"
Et en plus il insulte à tous  ceux qui l'aident...

Lui qu'il se disait irréprochable bien qu’il a finalement beaucoup à se reprocher. Il passe son temps à s’attaquer son rival Macron, celui qu’il n’a rien à se reprocher lui ! 

Il se dit chrétien,  moi chrétienne, j’appellerais son comportement: crétiniser, car le gros menteur, il nous prend par de idiots?  Il vaudrait mieux qu’il se confesse car son pèche risque d’être très amère pour la France, il porte préjudice à son camp et il risque de faire gagner Marine Le Pen!



4/09/2017

Solution à la politique de la paix proposée par Mélenchon





La Force et la beauté sont reflétées dans ses discours… mais l’utopie sans réalisme…
Je trouve donc deux colonnes: où est la troisième?

Solution trouvée : un juste milieu pour trouver le sens commun dans la politique : Mélenchon + Macron = beauté et force, avec la paix proposée par Mélenchon à Macron, une union est possible et on trouve la troisième, la sagesse de Macron!