Laura Garcia Vitoria

Territorios del conocimiento/Territoires de la connaissance Sociedad del conocimiento/Société de la connaissance : les regards sur l'identité personnelle et professionnelle dans la société de la connaissance

1/21/2017

Les projets extravagants de la NASA en période de crises!


Le Projet Alien Minds de la Nasa prévoit de remplacer les astronautes par des robots humanoïdes  plus adaptés aux environnements hostiles, plus résistants et moins chers.
Les chercheurs du SETI  observent les étoiles à la recherche de signes révélant la présence de civilisations aliens. Les premiers extraterrestres que nous rencontrerons seront peut-être des machines intelligentes? C'est grâce à ces robots que le premier contact avec les aliens se réalisera?

Un astéroïde transformé en vaisseau spatial. Le projet prétende transformer un astéroïde entier en utilisant les matériaux présents sur l'astéroïde en question: un engin robotisé serait envoyé sur un astéroïde, minerait ses ressources et les utiliserait pour construire des versions simples des instruments nécessaires pour le piloter, il pourrait ainsi aller se placer en orbite afin de servir de point de rendez-vous pour les futures missions d'exploration.

Des microbes pour recycler les circuits imprimés sur Mars ou le "recyclage bio des circuits". Il s'agit de recycler les circuits électroniques qui seront embarqués dans les vaisseaux qui iront sur Mars, et sur les éventuelles bases lunaires. Le modèle consisterait à utiliser des microbes spécialisés pour récupérer les métaux sur les circuits, puis les utiliser comme une sorte de bio-encre pour en imprimer à nouveau.

Un char à voile sur Vénus. Il s'agit d'aller à la surface de la jumelle infernale de la Terre qui a une température de 480 degrés et une pression atmosphérique 93 fois supérieure à celle de la Terre. Un petit robot nommé Zephyr serait propulsé grâce à une voile, ce qui laisserait toute l'énergie solaire captée disponible pour les instruments de bord. Il faudrait l'envoyer dans une région relativement plate de la planète.

Un sous-marin dans les océans d'hydrocarbures de Titan. Titan a des mers et des lacs, comme la Terre mais ils ne sont pas composés d'eau, mais de méthane et d'éthane. Un environnement unique dans le système solaire, qui pourrait nous renseigner sur les débuts de la vie. Il s’agit, d'y envoyer une sonde qui emporterait un sous-marin robot bardé d'instruments scientifiques capable de se déplacer dans les mers d'hydrocarbures. L'appareil doit pouvoir supporter l'immersion dans de tels liquides, mais tous ses appareils doivent pouvoir résister au froid intense qui règne sur Titan (-179 degrés en moyenne). Le "Titan Sub" pourrait être envoyé seul, ou dans un "tir groupé" avec un véhicule roulant chargé d'explorer la terre ferme de Titan. Le sous-marin pourrait servir de tête de pont pour d'autres.

Un voyage dans l'espace en dormant. Les passagers du vaisseau spatial ne seront pas congelés, mais ils pourraient être plongés dans un sommeil proche de celui des animaux qui hibernent. La méthode consisterait à diminuer légèrement la température du corps et à nourrir les astronautes par intraveineuses. L’objet est de réduire notablement la charge nécessaire pour un voyage vers Mars. Les astronautes endormis auraient besoin de beaucoup moins de place et surtout de beaucoup moins d'eau et de nourriture. Moins de poids à envoyer dans l'espace !

Une base en béton lunaire. S'installer sur une autre planète et pouvoir construire des habitations sans avoir à importer tout le matériel de la Terre c’est l’objectif. Un projet qui associe robots constructeurs et fabrication d'une sorte de "béton lunaire" à partir du régolithe, la "poussière" du sol de la Lune.  Avec ce matériau, les robots fabriqueraient les bâtiments grâce à une technique semblable à l’imprimante 3D. Des murs, des dômes de protection contre les radiations et des routes pourraient être construits automatiquement, avec une technique peu onéreuse puisqu'elle utiliserait les matériaux présents en abondance sur le site.

Un projet de ballon pour parcourir l'atmosphère d'azote (95%) et de méthane de Saturno. Afin d'étudier la chimie unique qui règne sur le satellite de Saturne on envoie un ballon ou éventuellement un atterrisseur qui serait porteur d'un petit drone, de moins de 10 kilos. Le drone se détacherait du ballon pour aller prendre des mesures au plus près du sol, et pourrait retourner sur son "vaisseau-mère" pour se recharger avant de repartir lorsqu'un nouveau terrain d'études intéressant aurait été trouvé. Il serait même possible d'avoir les instruments d'analyse sur le ballon, avec un mécanisme de transfert des échantillons à partir du drone lorsqu'il viendrait se recharger.

Un robot "superball" qui rebondit sur d'autres planètes. Il s'agit de fabriquer de petits robots capables d'atterrir sur à peu près n'importe quelle surface planétaire sans avoir besoin de parachutes. Des systèmes rigides avec des câbles souples, ou des structures dont l'équilibre et la solidité générale ne dépendent pas de la résistance des matériaux qui les composent. La structure de ces "robots superballs" leur permet d'absorber le choc du contact avec le sol, et ils peuvent atterrir dans n'importe quelle position. Une fois arrivés, ils peuvent se déplacer, et sont tout-terrain.

Des microbes pour "terraformer" Mars ou l'écopoïèse, qui correspond à l'installation sur une autre planète d'un écosystème à l'échelle microbienne. Une sonde atterrirait sur un site contenant de l'eau et entourerait une portion de sol martien, l'isolant totalement pour éviter de contaminer la planète. L'échantillon de sol et d'eau serait alors exposé à certains micro-organismes extrêmophiles (capable de vivre dans des conditions très difficiles) venus de la Terre, et soigneusement sélectionnés. Le but de l'expérience est d'étudier les conditions de développement de ces organismes.

L'araignée bâtisseuse de l'espace. Vous envoyez en orbite les matériaux de construction sous forme brute et compacte, donc faciles à expédier par fusée. Ajoutez des instructions programmées pour assembler l'objet final, et SpiderFab s'occupe du reste. Il devient alors possible de construire des objets de très grande taille, comme des panneaux solaires extrêmement larges, ou encore des télescopes géants, et ce grâce à un robot-constructeur qui ressemble à une araignée, avec des outils différents sur chaque "patte".





Links to this post:

Créer un lien

<< Home