Laura Garcia Vitoria

Territorios del conocimiento/Territoires de la connaissance Sociedad del conocimiento/Société de la connaissance : les regards sur l'identité personnelle et professionnelle dans la société de la connaissance

1/19/2008

La communauté de connaissance et d’innovation de Yangpu (Shanghai)

Un frère des CENT en Chine

La communauté de connaissance et d’innovation de Yangpu caractérise un quartier où sont destinées à se regrouper des activités publiques d’échanges culturels et des industries intensives en connaissance. Son histoire est récente et remonte à avril 2003 et à l’organisation de journées comme celle de Privas sur le thème “Revitaliser la ville au travers de la science et de la technologie”. Y prit corps l’idée de constitution d’une zone de la connaissance et de l’innovation au cœur de laquelle se trouverait positionnée l’Université de Fudan et où devait se développer en même temps la constitution d’une KIC (Knowledge & Innovation Community), d’une communauté d’initiative et de connaissance.
Le regroupement était simple : comme pour les CENT (même si naturellement le contexte était en l’occurrence totalement urbain), elle se basait sur le regroupement dans le cadre du district de Yangpu de toutes les ressources disponibles dans le domaine des sciences éducatives, des humanités et de l’écologie. Le concept qui fut développé - dit des “trois zones” - amenait à créer aux côtés de l’espace destiné à cette communauté une zone académique et un campus technologique, de manière à être pour Shanghai une vraie source de savoir et d’innovation.
Le village de la Communauté, à l’ouest de la grande place, développe une architecture qui se veut délibérément créative et à échelle humaine aux côtés de jardins. Relié aux espaces universitaires, il abrite cafés et maisons de thé, galeries d’art et librairies et bien sûr diverses boutiques pour la vie au quotidien.
La communauté de connaissance et d’innovation développe en outre de multiples ambitions en matière de promotion de l’entrepreneuriat, de l’éducation, de la technologie et de l’incubation d’entreprises. Le projet en fait une communauté multifonctionnelle où les individus peuvent vivre, travailler et surtout interagir et innover. De manière à encourager au maximum les flux et échanges d’idées, elle a contribué à ce que soient développées les infrastructures les plus sophistiquées pour ses résidents.De manière aussi à assurer de la sorte innovation et croissance, c’est tout un écosystème qui a été conçu en vue de démultiplier les synergies entre les ressources d’universités de haut niveau, d’institutions de recherches et des fonds de financement nationaux et internationaux, des entreprises high tech et des services des collectivités territoriales. Cet écosystème de la communauté n’a pas seulement pour objet d’assurer le développement des entreprises, mais également de créer une véritable plate-forme pour chacun de ses membres afin qu’il puisse développer au mieux ses idées et ses travaux.
Bénéficiant de tout un siècle de culture universitaire et industrielle, la communauté regroupe les avantages de la diversité, de la centralité, d’organisations éducatives clairement situées au premier rang à l’échelle internationale, d’associations et de centres de recherche et développement et naturellement de structures de capital risque de manière à pouvoir développer à toutes les échelles firmes hautement technologiques et entreprises basées sur la connaissance.


Ceci encourage les industries à élaborer des chaînes d’industries basées sur la connaissance et d’innovations basées sur la connaissance, ceci à travers des supports interactifs étroitement reliés et rassemblant les ressources informationnelles disponibles. La “Tech Zone” a ainsi attiré un centre de recherche et développement d’Oracle et eBao Tech Corporations pour conduire leurs recherches en matière logicielle et de technologies de mise en réseau. De même en est-il des universités californiennes au travers d’un centre de formation et naturellement de l’Université de Fudan pour établir un incubateur dans le domaine des études relatives aux média et au journalisme.


Pour faciliter l’attractivité en matière commerciale et surtout l’investissement direct étranger la communauté, le gouvernement de Shanghai a supporté l’initiative au travers de ressources financières qui lui furent directement allouées - un comité de gestion de la communauté inclut d’ailleurs des responsables du gouvernement de Yangpu -.
Tout ce territoire veut assurer tout à la fois le développement d’un environnement créatif et favorable à l’innovation et d’interactions entre elle-même et les universités, la commercialisation des résultats de la recherché scientifique, le développement de conglomérats industriels et de services d’agences technologiques, l’élaboration aussi de services culturels. Son objectif est clairement de devenir en la matière une référence internationale et de haut niveau.
Le concept de design en matière de distribution spatiale est le suivant : les 16 kilomètres carrés à l’ouest qui accueillent la zone de connaissance et d’innovation voient la communauté constituer le hub central et l’axe éducatif porté par de nombreuses institutions (Université Fudan, Université Tongji, Université des Finances et de l’Economie de Shanghai, Institut des Sports de Shanghai…). Neuf autres kilomètres carrés à l’Est accueillent notamment l’Université de Shanghai pour la Science et la Technologie. Les deux zones sont reliées sur cinq kilomètres par un corridor des entreprises.


Le plan de développement place la zone de connaissance et d’innovation au cœur du futur développement du district et la met donc en position de diffuser toute une méthodologie du développement économique, en matière aussi bien de développement personnel et éducatif, de recherche et d’innovation que de création - aux côtés des industries déjà existantes - d’entreprises dans l’électronique, les technologies de la communication, les biotechnologies… Le plan environnemental s’avère lui aussi extrêmement ambitieux au travers de mesures de protection, mais également de la constitution d’espaces ouverts et attractifs (jardins, zones plantées) articulant les trois zones. Dans le sud du district, s’est développée une aire de services commerciaux (Wujiaochang), qui font passer le territoire d’une zone industrielle à un centre constitué de services commerciaux.Au centre de la zone de connaissance et d’innovation, se trouve le hub de la communauté avec sa tripartition - la zone académique, le Tech Campus et la zone proprement dite de la communauté -, une tripartition qui crée un amalgame spatial largement bénéficiaire pour tous les résidents et leur environnement. Le concept central du développement territorial se trouve basé sur l’intégration de ces trois zones. La zone académique tout d’abord est chargée de créer tout un flux de talents entrepreneuriaux, de projets innovants et d’expertise technologique, supportant le développement économique et social du territoire.Le “Tech Campus” a pour objectif, quant à lui, d’être le principal espace de travail pour les entreprises, les habitants de la zone, les enseignants et étudiants de l’université, conduisant ainsi une bonne partie du développement économique.La zone, enfin, dédiée à la communauté constitue un véritable hub de services publics pour la zone académique aussi bien que pour le Tech Campus, ceci au travers notamment de résidences confortables, des possibilités de distraction et une atmosphère prompte à la socialisation. Il s’agit d’une communauté intellectuelle qui doit parfaitement répondre aux besoins en matière de travail et de mode de vie des étudiants et professeurs de l’université, ainsi que des travailleurs du savoir impliqués dans la R&D.Dans la partie septentrionale du district enfin, l’objectif est d’harmoniser recherche technologique, le commerce et les services de gestion et d’y créer là encore de vraies synergies.La gestion administrative de manière générale a pour objectif d’harmoniser et de co-ordonner les ressources, de construire une plate-forme pour attirer les investissements, de développer de nouveaux horizons de recherche et d’industrialisation, de recherche de capitaux et de talents, de protection des droits intellectuels, de rapide construction d’une communauté numérique et de services de promotion.


Les cinq missions de la communauté sont les suivantes.Celle d’abord d’aider les universités dans leur croissance locale et internationale, d’en développer les possibilités de recherche et de collaboration, de manière à faire de l’ensemble de la zone un espace non commercial et largement dédié à la transmission de connaissances.Celle ensuite d’établir le Tech Park et ses thématiques académiques autour des universités, de développer la formation des divers acteurs, d’actualiser les résultats de la recherche scientifique et technologique et, de manière générale, à développer les industries intensives en connaissances.Celle de créer un modèle intégré de l’enseignement, de la recherche et du développement des entreprises, de manière à amener ces divers secteurs à travailler ensemble, de mettre donc fin aux barrières - tangibles et intangibles - entre l’université et les territoires urbains, d’améliorer le logement autour des universités et de former une vraie communauté de chercheurs.Celle d’assurer l’intégration des trois zones au travers du trafic et du paysage offert par l’espace public, avec notamment la circulation des deux roues, des transports publics, le réseau d’information au public, le système paysager et la mise en évidence de signes culturels forts.Celle de construire enfin et surtout autour des universités une communauté humaine basée sur la connaissance, de l’établir au centre même de l’aire ainsi crée et d’en faire la quintessence de la société de demain.
Pour ce qui est du calendrier, le hub formé par la communauté a été largement développé en 2007 de manière à être achevé dès 2010, le campus de l’université Fudan sera quant à lui achevé dès 2008, de même que l’expansion de l’université Tongji, de l’université de Shanghai pour l’économie et les finances d’une part, pour les sciences et les technologies d’autre part. Des ateliers technologiques vont également être achevés pour le Tech park des universités et le parc Fudan de la finance et de l’innovation. Les autorités locales se sont enfin engagées depuis 2006 à aider le développement du Parc logiciel, celui de la propriété intellectuelle, ainsi que tout le parc scientifique et technologique de la New Jiangwan City International University.
Un grand nombre de projets de construction ont d’ores et déjà pu être menés à bien, de même qu’en matière d’infrastructures publiques. Les routes Zhou Jia Zui et Song Hu ont été améliorées de manière significative. Les tunnels Da Lian et Xiang Yin d’une part et la ligne centrale de la section de Yangpu d’autre part ont été partiellement complétés et ouverts. Alors même que la ligne 4 est achevée et que la ligne 8 ouvrir, la nouvelle la ligne 10 du métro va voir débuter les travaux dès 2009.

Cette démarche, on le voit, s’avère aussi révolutionnaire que celle des CENT. Des entreprises comme Siemens, KFC et Auchan auront leurs quartiers généraux régionaux ici. Baidu, le moteur de recherche chinois bien connu, s’y installe également. KIC Tech Park, au nord de la KIC Plaza, s’apprête ainsi à jouer un rôle mondial de premier plan. Elle s’apprête à devenir une grande communauté numérique et surtout à servir de référence pour le développement futur de villes en Chine. Tout se prête à un jumelage Privas - Yangpu que nous pourrons, je l’espère, construire dès 2008 et pour lequel nos amis chinois se sont déclarés prêts à nous accompagner, comme c’est le cas pour l’adresse à Pékin dont dispose dès aujourd’hui notre Fondation.

La Place de la communauté de connaissance et d'innovation

La communauté de Connaissance et d'Innovation de la Fondation des Territoires de Demain


Links to this post:

Créer un lien

<< Home